Histoire du mécénat

Le mot « mécénat » se réfère au personnage de Caius Cilnius Mæcenas, protecteur des arts et des lettres dans la Rome antique. Il s’est progressivement élargi pour désigner dans le langage courant une personne physique ou morale qui soutient par son influence ou par des moyens financiers un projet culturel ou un artiste. Au cours de l’histoire le mécénat a connu une importance variable et fut marqué par des personnalités : on parle ainsi du mécénat des princesses médiévales comme Mahaut d’Artois ou Isabeau de Bavière dont les commandes faisaient vivre plusieurs artistes.

L’âge d’or du mécénat surgit avec la Renaissance italienne. Les Arti à Florence, qui protègent leurs corporations marchandes, financent également les beaux-arts et leurs artistes en commanditant des œuvres pour les édifices religieux (particulièrement l’Arte di Calimala). Les Médicis, notamment Laurent le Magnifique, sont connus pour répandre leurs bienfaits envers les artistes dont ils permettront ainsi la renommée; amateur éclairé, Laurent de Médicis prit sous sa protection de nombreux artistes comme Michel-Ange, Andrea del Verrocchio, les architectes Giuliano da Maiano et Giuliano da Sangallo ou des humanistes ou savants comme Pic de la Mirandole. À Ferrare, Hercule Ier d’Este eut un rôle comparable. Le banquier siennois Agostino Chigi soutint financièrement des artistes et des écrivains tels que Le Pérugin,Giovanni da Udine, Giulio Romano, Baldassarre Peruzzi, Sebastiano del Piombo, Le Sodoma, Raphaël et L’Arétin.

À la même époque, le cardinal et ministre Georges d’Amboise, grand mécène, fut l’un des principaux introducteurs de la Renaissance en France.

Rodolphe II fut également un grand mécène, confirmant en 1595 les privilèges de la corporation des peintres et acquérant de nombreux tableaux du Titien, d’Albrecht Dürer ou des Brueghel qu’il installe au Château de Prague. L’Italien Giuseppe Arcimboldo le peignit en vertumne et reçut le titre de comte palatin.

Aujourd’hui, comme l’a souligné très justement Frédéric Mitterrand, Ministre de la Culture et de la Communication, « La responsabilité de l’État et des pouvoirs publics en général n’est pas seulement de financer la vie culturelle, mais d’encourager les initiatives de la société civile. ».