présentation

Présentation du Colloque
Dans ses multiples dimensions et ses diverses facettes, notre patrimoine culturel est un immense héritage que nous ont légué notre longue histoire et toutes les civilisations et cultures qui se sont succédé dans notre pays. Ce patrimoine, dont l’importance, la valeur et l’authenticité sont unanimement et universellement reconnues, représente pour nous un ensemble de témoignages et de repères, qui nous aident d’abord, à connaitre davantage notre passé et à mieux le comprendre.

Il représente à ce titre un substrat essentiel de notre identité enracinée dans le temps et dans l’espace de ce pays, et un garant de l’ouverture, qui a de tout temps caractérisé la Tunisie et son peuple.

Avec cela, le patrimoine culturel dans ses différentes composantes matérielles et immatérielles ; archéologiques, historiques, architecturales ethnographiques et artistiques, est de plus en plus reconnu de nos jours comme un important levier de développement culturel, social et économique pour les populations qui acquièrent la capacité de le préserver et de le valoriser à leurs profits.

A cet égard, les politiques menées dans les pays, les régions ou les villes qui ont réussi à tirer profit de leur patrimoine culturel, pour accroitre leurs ressources économiques, élargir les opportunités d’investissements, créer davantage d’emplois tout en améliorant le cadre et le niveau de vie de leurs populations peuvent servir comme autant d’exemples édifiants desquels, la Tunisie pourrait mieux s’inspirer, pour l’établissement d’une stratégie nationale de valorisation de nos ressources patrimoniale qui puisse mobiliser avec l’Etat, l’ensemble des acteurs culturels, économiques et sociaux, dont notamment , les collectivités locales et régionales, les operateurs privés et les corps de métiers, sans négliger le rôle actif que pourraient jouer les organismes représentatifs de la société civile et les citoyens dans leur ensemble. En Tunisie, les potentialités du patrimoine culturel en tant que levier de développement, source de créativité, de création de richesses et d’emplois sont considérables, néanmoins, elles demeurent le plus souvent sous-exploitées.

L’implication du secteur privé et des tissus associatifs encore timide, et bien en deçà de ce qu’elle devrait être.

Quant à La législation en vigueur en matière d’incitation à l’investissement ou au mécénat dans le domaine du patrimoine culturel, elle demande à être révisée dans le sens d’un allégement des risques et d’une plus grande motivation des opérateurs.

Par ailleurs, notre politique touristique, basée jusqu’aujourd’hui essentiellement sur le tourisme balnéaire est appelée à réserver dans ses stratégies et plans de développement au tourisme culturel, la place qui lui sied, faute de quoi, la diversification du produit touristique tunisien ne serait que limitée et peu productive.

Afin d’enrichir le débat autour de ces différentes questions, l’association TOURATH a initié ce colloque. Elle l’a fait en collaboration avec les partenaires auxquels nous adressons nos plus vifs remerciements :

Le Ministère Tunisien de la culture, le Ministère Français de la culture, l’UNESCO, l’association lien d’amitié France-Tunisie de Saint Etienne, l’UTICA et le MEDEF et tous les autres partenaires qui ont contribué à soutenir notre activité, a enrichir son contenu et à réaliser ses objectifs.